Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PHILOSOPHIES

PHILOSOPHIES

Aliments pour une réflexion philosophique


FAVORISER L'AGRICULTURE URBAINE POUR ATTEINDRE L'AUTOSUFFISANCE ALIMENTAIRE par Ronnel W. DOMINGO

Publié par medomai sur 11 Mars 2014, 18:01pm

Catégories : #PHILIPPINES, #ECOLOGIE, #ECONOMIE, #AUTOPRODUCTION, #AGRICULTURE, #POLITIQUE, #ARCHITECTURE, #AUTOCONSOMMATION, #LIBERTE

FAVORISER L'AGRICULTURE URBAINE POUR ATTEINDRE L'AUTOSUFFISANCE ALIMENTAIRE par Ronnel W. DOMINGO

Rizières de Banaue, dans la Cordillère des Philippines (source image : Wikipédia, 11/03/2014).

 

 

FAVORISER L'AGRICULTURE URBAINE POUR ATTEINDRE L'AUTOSUFFISANCE ALIMENTAIRE

 

Par Ronnel W. DOMINGO1

 

Rectificatif : l'article a été publié le samedi 8 mars 2014 sur le site d'économie business.inquirer.net (et non sur le site du Philippine Daily Inquirer), par un journaliste du Philippine Daily Inquirer2 à l'adresse suivante : http://business.inquirer.net/165648/urban-farming-pushed-to-help-attain-food-self-sufficiency#ixzz2vfg8ofsD

 

L'information se trouve dès le 7 mars sur le site d'une agence officielle d'information publique : 

http://ncr.pia.gov.ph/index.php?article=231394168381

 

 
FAVORISER L'AGRICULTURE URBAINE POUR ATTEINDRE L'AUTOSUFFISANCE ALIMENTAIRE par Ronnel W. DOMINGO
L'archipel des Philippines (source : Wikipédia)

L'archipel des Philippines (source : Wikipédia)

 

" Le Ministère de l'Agriculture philippin fait actuellement pression pour [que soient adoptées] des propositions législatives imposant l'agriculture urbaine et verticale (that mandate urban and vertical farming) comme moyen pour atteindre l'autosuffisance alimentaire.

 

M. Edicio De la Torre, conseiller technique spécial auprès du ministère, a suggéré la création d'un groupe de travail qui ferait pression (a task force that would lobby for) en faveur de l'adoption de ce genre de projets de loi. À la Chambre des Représentants (House of Representatives), M. le député Agapito Guanlao, membre du parti Butil, vient de déposer le projet de loi n°720, qui pourrait être baptisé le Urban Agriculture Act de 2013. "

 

 

Edicio De la Torre est un ancien prêtre activiste qui s'est battu dans les années 1970 pour les droits des paysans et pour la réforme agraire. Pendant cette période, il s' engage dans différents programmes pour l'organisation communautaire des quartiers urbains pauvres aux Philippines, et il contribue à la mobilisation des étudiants et des jeunesses chrétiennes contre la dictature de Marcos ; en 1968, il est ordonné prêtre, en 1972, il rejoint la gauche clandestine ; il est arrêté quatre fois et emprisonné 9 ans dans différentes prisons. Visé dans les années 1980 par des « tentatives de meurtre extra-judiciaires » (extra-judicial killings ; cf. le meurtre d'Aquino en 86), il quitte les Philippines et passe 4 ans et demi en Europe, travaillant avec des associations de solidarité et des migrants philippins, mais abandonnant la prêtrise. Rentré aux Philippines en 1992 (année de transition de pouvoir Aquino-Ramos), il fonde l'O.N.G. ELF (« Education for Life Foundation ») en vue de former des militants aux méthodes de la « politique participative ». Sous le gouvernement Estrada (1998-2001), De la Torre devient directeur général de la Technical Education and Skills Development Authority. Il est également membre fondateur du Liga Policy Institute, vice-président de l'Association Mondiale pour l'Education (World Association for Education), et préside les Boards of Empowering Civic Participation in Governance (« conseils pour l'accès autonome à la participation civique dans la gouvernance »), l'Institut pour la Démocratie Populaire (Institute for Popular Democracy), ainsi que le Forum pour la Communication Asie-Pacifique (Asia-Pacific Communication Forum). Il travaille actuellement avec les ONG dans le domaine de la démocratisation et du développement, en particulier sur les questions d'éducation et de formation à la politique (leadership-formation), l'élaboration de projets, leur mise en œuvre ainsi que leur évaluation en utilisant les méthodes participatives (participatory methodes). (source : http://www.youtube.com/watch?v=43HMyW0n_X0). Le blog de M. De la Torre : http://edicio.wordpress.com/.

Edicio De la Torre est un ancien prêtre activiste qui s'est battu dans les années 1970 pour les droits des paysans et pour la réforme agraire. Pendant cette période, il s' engage dans différents programmes pour l'organisation communautaire des quartiers urbains pauvres aux Philippines, et il contribue à la mobilisation des étudiants et des jeunesses chrétiennes contre la dictature de Marcos ; en 1968, il est ordonné prêtre, en 1972, il rejoint la gauche clandestine ; il est arrêté quatre fois et emprisonné 9 ans dans différentes prisons. Visé dans les années 1980 par des « tentatives de meurtre extra-judiciaires » (extra-judicial killings ; cf. le meurtre d'Aquino en 86), il quitte les Philippines et passe 4 ans et demi en Europe, travaillant avec des associations de solidarité et des migrants philippins, mais abandonnant la prêtrise. Rentré aux Philippines en 1992 (année de transition de pouvoir Aquino-Ramos), il fonde l'O.N.G. ELF (« Education for Life Foundation ») en vue de former des militants aux méthodes de la « politique participative ». Sous le gouvernement Estrada (1998-2001), De la Torre devient directeur général de la Technical Education and Skills Development Authority. Il est également membre fondateur du Liga Policy Institute, vice-président de l'Association Mondiale pour l'Education (World Association for Education), et préside les Boards of Empowering Civic Participation in Governance (« conseils pour l'accès autonome à la participation civique dans la gouvernance »), l'Institut pour la Démocratie Populaire (Institute for Popular Democracy), ainsi que le Forum pour la Communication Asie-Pacifique (Asia-Pacific Communication Forum). Il travaille actuellement avec les ONG dans le domaine de la démocratisation et du développement, en particulier sur les questions d'éducation et de formation à la politique (leadership-formation), l'élaboration de projets, leur mise en œuvre ainsi que leur évaluation en utilisant les méthodes participatives (participatory methodes). (source : http://www.youtube.com/watch?v=43HMyW0n_X0). Le blog de M. De la Torre : http://edicio.wordpress.com/.

" Le texte institutionnalise l'agriculture urbaine dans les zones fortement urbanisées (city farming in highly urbanized areas), dans l'objectif de promouvoir la production, la transformation et la commercialisation des cultures vivrières et de l'élevage, grâce à des méthodes de production intensives, comme l'utilisation et la réutilisation des sources (sources) et des déchets (wastes) disponibles.

 

Le projet préconise également l'agriculture verticale (vertical farming), ce qui implique une agriculture d'intérieur (which involves indoor agriculture).

 

De son côté, au Sénat, M. Manuel "Lito" Lapid a déposé le projet de loi n°2095, qui encourage (promotes) l'agriculture urbaine et l'agriculture verticale pour les mêmes raisons, ainsi que pour créer des emplois agricoles et développer des techniques agricoles innovantes.

 

Les deux propositions législatives enjoignent au Ministère de l'Agriculture et à celui des Sciences et Technologies de faire campagne pour l'agriculture urbaine et l'agriculture verticale dans les régions métropolitaines, de répondre aux préoccupations de sécurité alimentaire, et de régénérer les écosystèmes dans le pays.

 

L'État réexamine actuellement son programme d'autosuffisance alimentaire (FSSP, food self-sufficiency program), suite à l'échec, en 2013, des tentatives précédentes pour atteindre l'indépendance en tant que nation consommatrice de riz.

 

« Les objectifs du FSSP doivent être affinés et revus, en raison de l'ampleur des inondations et des tempêtes qui ont frappé le pays au cours des dernières années », déclarait dans une précédente interview M. Proceso Alcala J., Secrétaire à l'Agriculture.

 

« Il se peut que les précédentes projections, [qui datent] de la conception du FSSP, ne soient pas raisonnables (reasonable), compte-tenu de la situation actuelle », avait ajouté M. Alcala.

 

Le chef de l'Agriculture (the Agriculture chief) déclarait que, parmi les facteurs qui devaient être révisés, il fallait intégrer la question de savoir si le gouvernement « atteint la bonne cible en termes de production », et dans quelle mesure l'éducation du public concernant la consommation responsable de riz fonctionne correctement. "

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents