Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PHILOSOPHIES

PHILOSOPHIES

Aliments pour une réflexion philosophique


LA MAJORITÉ A-T-ELLE LE DROIT DE TOUT FAIRE ? par Alexis de TOCQUEVILLE

Publié par medomai sur 9 Mars 2017, 21:57pm

Catégories : #TOCQUEVILLE, #ALEXIS DE, #PHILOSOPHIE, #POLITIQUE, #DÉMOCRATIE, #DEMOCRATIE, #MAJORITÉ, #DROIT, #SUFFRAGE, #UNIVERSEL, #POUVOIR, #LOI, #LÉGISLATIF, #PEUPLE, #LIBERTÉ, #MINORITÉ, #CONSTITUTION, #JUSTICE, #RAISON, #LIMITES, #SOUVERAINETÉ

 

 

Y a-t-il des bornes au pouvoir d'une majorité, fût-elle entièrement souveraine ?

Elle est en droit de décider, mais elle peut faire des lois injustes. Il faut donc que ses lois soient justes. Mais qu'est-ce que la justice ?

Pour le plaisir d'en discuter, un texte de Tocqueville :

 

« Je regarde comme impie¹ et détestable cette maxime², qu'en matière de gouvernement la majorité d'un peuple a le droit de tout faire, et pourtant je place dans les volontés de la majorité l'origine de tous les pouvoirs. Suis-je en contradiction avec moi-même ? Il existe une loi générale qui a été faite ou du moins adoptée, non pas seulement par la majorité de tel ou tel peuple, mais par la majorité de tous les hommes. Cette loi, c'est la justice. La justice forme donc la borne du droit de chaque peuple. Une nation est comme un jury chargé de représenter la société universelle et d'appliquer la justice qui est sa loi. Le jury, qui représente la société, doit-il avoir plus de puissance que la société elle-même dont il applique les lois ? Quand donc je refuse d'obéir à une loi injuste, je ne dénie point à la majorité le droit de commander; j'en appelle seulement de la souveraineté du peuple à la souveraineté du genre humain. Il y a des gens qui n'ont pas craint de dire qu'un peuple, dans les objets qui n'intéressaient que lui-même, ne pouvait sortir entièrement des limites de la justice et de la raison, et qu'ainsi on ne devait pas craindre de donner tout pouvoir à la majorité qui le représente. Mais c'est là un langage d'esclave. Qu'est-ce donc une majorité prise collectivement sinon un individu qui a des opinions et le plus souvent des intérêts contraire à un autre individu qu'on nomme la minorité ? Or, si vous admettez qu'un homme revêtu de la toute-puissance peut en abuser contre ses adversaires, pourquoi n'admettez-vous pas la même chose pour une majorité ? Les hommes, en se réunissant, ont-ils changé de caractère ? Sont-ils devenus plus patients dans les obstacles en devenant plus forts ? Pour moi je ne saurais le croire; et le pouvoir de tout faire, que je refuse à un seul de mes semblables, je ne l'accorderai jamais à plusieurs. »

 

Alexis de TOCQUEVILLE, De la démocratie en Amérique, p.II, ch.7.

 

 

Note : (1) impie : immorale, contraire à ce qui est sacré.

(2) maxime : principe, règle de conduite.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents