Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PHILOSOPHIES

PHILOSOPHIES

Aliments pour une réflexion philosophique


L'HUMANITÉ À VENIR A-T-ELLE DES DROITS ? par Laurence HANSEN-LOVE

Publié par medomai sur 25 Septembre 2014, 20:47pm

Catégories : #FUTUR, #PHILOSOPHIE, #HANSEN-LOVE L., #ANTICIPATION, #JONAS H., #GENERATIONS FUTURES, #DROITS

(animographe : archery sur tumblr)
(animographe : archery sur tumblr)

Merci à Mme Hansen-Love d'avoir abordé ce sujet qui me tracasse depuis un certain temps. Ainsi, comment la formule sartrienne dans l'Etre et le Néant (P.II CH.II §.II, éd. Gallimard p.167) :

" ...force est d'avouer que le fait d'exister à un instant donné ne constitue pas un droit pour exister à l'instant suivant, pas même une hypothèque ou une option sur l'avenir. "

Comment cette formule a-t-elle pu soudain s'inverser ? Comment soudain avons-nous affaire aux générations futures, "un type d'être qui en même temps est et n'est pas ?" (p.170), et qui pourtant possède un droit d'exister, une hypothèque sur nous, les vivants actuels ?

Car il ne s'agit pas des fantômes du passé qui réclament fidélité, respect, ou remords. Non, il s'agit d'autre chose.

Il est difficile de décrire ces êtres dans de nouvelles limbes, ces possibles exigeants. Ils sont silencieux, privés de parole, comme le dernier esprit de Noël, et leur essence d'ombre, comme eût dit Victor Hugo, semble précéder leur existence :

"« Esprit de l’avenir! » s’écria-t-il; « je vous redoute plus qu’aucun des spectres que j’aie encore vus! Mais, parce que je sais que vous vous proposez mon bien, et parce que j’espère vivre de manière à être un tout autre homme que je n’étais, je suis prêt à vous accompagner avec un coeur reconnaissant. Ne me parlerez-vous pas? »

Point de réponse. La main seule était toujours tendue droit devant eux.

« Guidez-moi! » dit Scrooge, « guidez-moi! La nuit avance rapidement; c’est un temps précieux pour moi, je le sais. Esprit, guidez-moi. »

La main tendue, les générations futures nous fixent en silence. Elles ont le visage de nos pré-occupations. Elles ne sont peut-être qu'une projection de nous-mêmes, un "Pas-Encore".

Sans doute la réalité est que ces générations n'existent pas. Mais elles nous manquent déjà rien que d'y songer. C'est leur manière d'exister tout de même. Car qui prendra soin de ce qui nous est le plus cher, quand nous ne serons plus ?

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents